Peut-on vivre sans climatisation ?

Un débat brûlant

Au moment de l’arrivée d’un épisode caniculaire, les commentaires vont bon train que l’on soit en famille, entre amis ou bien encore en société. Combien de fois avez-vous déjà entendu les mêmes réflexions en ce qui concerne notre quotidien météorologique…En voici un petit florilège en guise de préambule à notre réflexion !

“De toute manière il n’y a plus de saison”, il s’agit souvent d’une remarque assénée par des personnes qui considèrent que tout allait pour le mieux au moment des Trente Glorieuses !
“C’est encore un coup de com pour vendre plus de climatisation” argument classique des climato-sceptiques ou des personnes qui pensent que tout le monde en veut à leur argent !
“Si les jeunes passaient moins de temps sur les écrans, cela n’arriverait pas” rappelons tout de même que ces mêmes personnes sont souvent les plus actives sur les réseaux sociaux pour critiquer, tout en demeurant masquées.

Quelque soit le point de vue défendu, il s’avère que chacun doit s’adapter à sa manière lors des vagues de chaleur estivales. L’impact du réchauffement climatique est certain, son rôle précis dans la récurrence de canicules n’a pas encore pu être totalement éclairci. Pour contrer le désagrément provoqué par ces températures, de nombreuses solutions existent et la plupart ne datent pas d’hier. En ce qui concerne ce qui nous intéresse, la question que choisir comme climatisation occupe le podium des requêtes d’internautes sur Google à chaque phase estivale. Pour mieux comprendre ce phénomène, rien de tel qu’un voyage temporel depuis les origines jusqu’à l’avenir de la climatisation réversible ?

Comment tout cela a débuté ?

En raison de leurs connaissances technologiques, les premières civilisations historiques se sont orientées vers l’architecture. Les pyramides égyptiennes, aqueducs romains ou bien encore les jardins suspendus de Babylone…Autant de structures qui nous émerveillent par leur conception mais également au vu des nombreuses fonctionnalités que celles-ci offrent.

Pour lutter contre la chaleur, les architectes égyptiens ont élaboré des constructions dotées d’une orientation spécifique. L’ensemble des ouvertures témoignent de la même ingéniosité tout en permettant la circulation de l’air aux périodes les plus fraîches. Au sein du Proche-Orient antique, les Perses disposent d’une technologie de construction similaire si l’on considère les fameuses “bagdirs”. Véritables tours à vent, celles-ci offrent un espace dédié à la circulation de l’air chaud. Pris au piège dans le bâti, ce dernier se décharge de ses calories d’une manière similaire à ce que l’on observe pour le système des puits canadiens. Dans un autre registre, les populations du Maghreb ont développé des solutions alternatives à leur ensoleillement excessif au cours de la journée. L’une des plus répandues consiste en l’arrosage des toitures ainsi que des murs à la nuit tombée. Malgré le phénomène d’évaporation, il est possible de réduire de quelques degrés la température au sein de l’habitation. On est bien loin des polémiques actuelles qui ont trait pour la plupart à la dangerosité du gaz utilisé au sein d’une climatisation, comme en atteste notre article sur la bataille des fluides.

Ces découvertes ont évoluées au fil du temps en s’enrichissant des différents contacts et influences civilisationnelles. Qu’utilisez-vous au quotidien pour vous prémunir des effets négatifs de la chaleur ?

Que fait-on actuellement ?

La première chose sur laquelle on peut agir facilement réside dans nos habitudes vestimentaires. La grande diversité des matières synthétiques ainsi que des coloris est très répandue dans nos régions tempérés.
Dans d’autres régions du globe, les habitants ont rapidement compris les avantages qu’il est possible d’obtenir par l’intermédiaire de la tenue. Celle-ci est souvent ample, en lin le cas échéant et principalement décliné en une seule couleur à savoir le blanc. Ce dispositif s’explique par la manière dont les rayons du Soleil se réfléchissent. Par rapport à un vêtement sombre, celui-ci a tendance à conserver une part non négligeable d’énergie, le blanc agit comme un répulsif en matière d’énergie solaire.

D’autres éléments sont à considérer, notamment les différences en matière de comportement alimentaire. Afin de garantir le refroidissement corporel, l’utilisation d’une boisson fraîche et désaltérante s’impose tant que celle-ci n’est pas sucrée de manière industrielle. La priorité peut également être donnée à la consommation de légumes de saison, reconnus pour leurs propriétés rafraîchissantes à l’image du melon ou encore de la pastèque. Pour aller plus loin, certaines cultures notamment celles situées au sud de l’Équateur (la ligne pas le pays!) décalent les horaires des repas pour mieux correspondre au calendrier solaire. La fermeture des magasins ainsi que des principales institutions culturelles en fin d’après-midi en Espagne répond à cette logique. Etant donné l’ouverture tardive de ces lieux après la traditionnelle sieste, l’heure des repas s’en trouve volontairement chamboulée. Il n’est pas rare de voir les premiers services de restauration débuter à 21h30 et même 22h contre 19h30 pour la France. Cela témoigne d’une prise de conscience des enjeux liés à la lutte contre la chaleur tout en préservant l’activité économique quelque soit le pays.

Bien d’autres moyens existent, il serait trop long de tous les citer, libre à vous de vous renseigner en fonction du pays visé. L’ensemble de ces solutions permettent d’éviter l’usage excessif de climatisation. Néanmoins, la mise en place d’un climatiseur mono-split garantit aux populations les plus fragiles de pouvoir affronter les températures estivales en sécurité. Cela signifie que ce n’est pas tant le système de la clim qui doit être contesté mais notre manque de véritables solutions alternatives écologiques.
L’importance du passé dans notre présent se vérifie chaque jour, mais cela est aussi vrai pour la construction du futur. Prêtant attention aux erreurs commises, peut-on réellement évaluer les dispositifs de demain en matière de climatisation ?

Quel futur pour la planète ?

Selon les dernières estimations scientifiques, les équipements de climatisation vont doubler d’ici à 2050. Confrontés aux dangers du réchauffement climatique, il est impossible de prévoir avec précision le climat à cette période. Néanmoins, la multiplication des systèmes de confort posent le problème de la pollution provenant d’une l’utilisation massive des fluides frigorigènes. Au-delà de la mise en service, le recyclage pose également problème…

Toutes ces problématiques constituent les principaux enjeux des campagnes de recherche et développement mises en place par les principaux fabricants de climatisation. A l’origine du R32, Daikin se démarque pour sa politique environnementale particulièrement ambitieuse suivie en cela par Hitachi mais aussi Mitsubishi Electric et encore bien d’autres. Le remplacement progressif de l’ancien fluide R410A, reconnu comme étant un polluant majeur, dans l’ensemble des systèmes de climatisation constituent une avancée significative. Grâce aux futures innovations technologiques, il est raisonnable de penser que nous serons en mesure de développer une climatisation 100% écologique au sein de maisons écolow cost.

Vos réactions

Avec cet article, nous avons tenté de brosser un portrait général de notre regard sur la climatisation au fil du temps. Il est encore trop tôt pour disposer d’un recul suffisamment important en ce qui concerne l’utilisation intensive de la climatisation sur les populations. On est souvent tenté de croire que l’on ne peut rien faire à notre échelle. Et pourtant, la réalisation d’un entretien climatisation par un professionnel agrée constitue une première étape dans la réduction de notre empreinte environnementale.

Et vous, quel est votre avis sur la question ? Croyez-vous en la qualité des aménagements effectués ou plutôt sceptique quand à l’évolution de la gestion des ressources naturelles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.